La Mission Scientifique

L'étude des physalies

L’association Septentrion Environnement (Association agréée 1% pour la Planète) plateforme scientifique et pédagogique dédié à la connaissance et la préservation du milieu marin a été sollicité par Christophe Dupuy (Skipper Bouvet Guyane 2012) pour mener à bien une mission scientifique dans le cadre de la course Bouvet Guyane 2012.

La Physalie

En collaboration avec Mathieu COULANGE (SMUMM), Olivier BIANCHIMANI (SEPTENTRION) et Christophe DUPUY et Pierre MASTALSKI , il a été défini plusieurs possibilités en tenant compte de nombreuses contraintes techniques (faible capacité d’encombrement d’éventuels outils d’analyse ou de prélèvement, poids, préserver l’intégrité de l’embarcation) et scientifiques (type d’observation, nombre d’observation, difficulté d’identification et de dénombrement) enfin qu’il ne s‘agit pas d’une expédition scientifique mais d’une compétition sportive.

C'est l’étude de la physalie qui a représenté le choix le plus judicieux au niveau scientifique, compte tenue des éléments énoncés ci-dessus.
Notre choix s’est porté sur cette espèce par rapport à plusieurs critères:
Tout d’abord elle très facilement identifiable depuis la surface ce qui est un atout pour l’observation et le dénombrement, notamment dans le cadre de la course de Christophe et Pierre.
Les connaissances sur les gélatineux restent aujourd’hui limitées, notamment en terme de dynamique de population et de répartition géographique. Notre projet permet donc d’acquérir de la donnée de terrain pour la communauté scientifique.

La communication à grande échelle réalisée lors d’une telle manifestation sportive permet de sensibiliser les compétiteurs et organisateurs ainsi que le public sur plusieurs problématiques environnementales actuelles (changement climatique, pollution, surexploitation des ressources). En effet, depuis plusieurs années les phénomènes de bloom et leur fréquence ne cesse d’augmenter. Ce résultat est la conséquence des perturbations citées précédemment.
Enfin cette espèce constitue un problème de santé public émergent à l’échelle planétaire. L’augmentation des cas d’envenimation augmente de façon significative d’année en année. La course permettra de communiquer sur les risques ainsi que sur les méthodes de prévention et de traitement. Tout au moins permettre aux usagers de la mer d’être informer sur ce problème qui semble s’intensifier d’année en année….

Le protocole que devra appliquer Christophe et Pierre durant la course consistera en l’acquisition de données semi quantitative sur l’abondance des bancs de méduses rencontrées ainsi que leur position géographique. Pour cela Christophe et Pierre bénéficieront d’une formation sur les méthodes d’observation avant la course. Le protocole utilisé sera le même que celui définit dans le programme Jellywatch.
Une sonde CT sera positionner sur le bateau afin d’acquérir des données de température et de salinité en continue tout au long de la course.
Les résultats seront compilés à l’issue de la course par l’association et mis à disposition de la communauté scientifique. Ces informations couplées à d’autres paramètres externes (vue satellite) contribueront à l’acquisition de données écologiques inédites.
Tout au long de la course un relais médiatique sera mis en place via internet afin de suivre l’évolution de la course mais aussi de suivre l’échantillonnage des méduses, permettant ainsi, durant 40 à 50 jours de communiquer sur ce projet.

Ce projet initié par Christophe implique l’association pour la mise en place de l’échantillonnage, la compilation des résultats et la sensibilisation du tout public. L’association travaillera en collaboration avec plusieurs spécialistes (Luc de Haro du centre antipoison de Marseille, Delphine Botha du centre d’oceanologie de Marseille, la CIESM)

Pour tout savoir: